Isabelle Attard

Députée du Calvados

DGSE

Orange permettrait aux services secrets d’espionner ses clients. Même les députés.

/ / / / / - Publié le 21 mars 2014 - 1 minute de lecture

Le journal Le Monde a révélé hier que l’opérateur téléphonique Orange fournirait aux services secrets français un accès total, libre et insoupçonnable à son réseau. Et ce, en dehors de tout cadre légal. Cette situation est grave et choquante pour tous les clients d’Orange.

Je déplore depuis longtemps déjà le manque de réaction des parlementaires aux nombreuses accusations envers la DGSE. Peut-être le sujet semblait-il trop lointain pour que mes collègues se sentent concernés. Aujourd’hui, ils sont directement impliqués.

L’Assemblée nationale a fait le choix de l’opérateur de téléphonie Orange pour équiper tous les députés et leurs collaborateurs parlementaires. Il est donc possible que le gouvernement, au travers de la DGSE, ait accès à l’intégralité des communications des députés. Appels, sms, fichiers, consultations de sites web. Sans contrôle. Sans autorisation. Sans rendre compte des raisons de cette surveillance.

Cette affaire remet sérieusement en cause la séparation des pouvoirs législatif et exécutif. Cette séparation est un des fondements de notre République. Je proposerai donc à mon groupe parlementaire de saisir la conférence des présidents de l’Assemblée nationale.

L’entreprise Orange doit expliquer à la représentation nationale quelles garanties réelles de confidentialité et de sécurité nous pouvons attendre de l’usage de nos téléphones portables. A défaut de réponses démontrées et argumentées, je ne vois pas comment il serait possible de poursuivre le contrat de fourniture de service avec l’Assemblée nationale.