Isabelle Attard

Députée du Calvados

Question au gouvernement : Précarité énergétique

/ / / / - Publié le 19 décembre 2012 - 2 minutes de lecture


2012-12-19 Question au gouvernement – Précarité… par isabelleattard2012

Monsieur le président, chers collègues, ma question s’adresse à Madame la ministre de l’égalité des territoires et du logement.

Un foyer français sur deux n’a pas les moyens de se chauffer correctement. Je ne vous raconterai pas l’histoire de la petite fille aux allumettes d’Andersen. Le sujet est trop grave pour s’en remettre aux contes de Noël.

Un foyer français sur deux mal chauffé. Cela signifie qu’il y a forcément  des gens concernés autour de vous. C’est votre voisin retraité, pourtant propriétaire de son pavillon, qui n’a que 16 degrés chez lui. C’est l’étudiant qui donne des cours du soir à vos enfants, dont la chambre de bonne a une fenêtre qui ferme mal. C’est la famille qui, face à deux années d’attente pour obtenir un logement social, se retrouve à louer un appartement, certes pas forcément insalubre, mais qui coûtera 3500€ par an de chauffage pour atteindre péniblement 17 degrés.

Il est impossible que je sois la seule, chers collègues, à recevoir dans ma permanence ces femmes et ces hommes démunis face à la précarité énergétique.

Nous avons déjà débattu, dans cet hémicycle, du principe de tarification progressive de l’énergie. Et le gouvernement a prévu d’étendre la protection contre les coupures d’électricité et de gaz aux bénéficiaires des tarifs sociaux.

Mais aujourd’hui, plus de cinquante pourcents des ayants-droits ne bénéficient pas des aides aux impayés de l’énergie, ni des tarifs sociaux.

Ce n’est donc pas en rendant le chauffage moins cher que nous réglerons le problème des passoires énergétiques.

Les français attendent de nous des mesures rapides pour améliorer leur pouvoir d’achat. Voici un levier efficace que le gouvernement peut actionner. La construction de logements énergétiquement sobres, par les secteurs privés et publics doit donc être une priorité absolue. Mais la construction ne peut pas tout, et la rénovation thermique doit aussi être réalisée à grande échelle.

Madame la ministre, la question posée hier par ma collègue et amie Véronique Massonneau portait sur le droit à mourir dans la dignité. Quelles seront vos actions pour qu’enfin tous nos concitoyens puissent vivre dans la dignité ?